L’incontournable chlore a aussi ses défauts. Tour d’horizon des autres solutions pour traiter votre piscine.

Comment traiter sa piscine sans chlore

 

Qui ne saurait reconnaître entre mille l’odeur du chlore ? Et pour cause : ce composé chimique est la solution de traitement la plus courante dans les piscines familiales et collectives. A la fois désinfectant, algicide, oxydant, résistant aux UV (dans sa forme stabilisée), et vendu à un prix abordable, le chlore (ou sel par électrolyse de l’eau) reste le traitement star des bassins.

Et pourtant, des alternatives existent. Car le chlore, odorant et irritant pour la peau lorsqu’il est utilisé en trop grande quantité, n’a pas que des avantages. Il perd par exemple très vite en efficacité lorsque le pH varie. C’est pourquoi nous avons recensé pour vous les trois autres produits de traitement méritant d’être considérés.

Le brome

Ce produit a l’avantage d’être très performant contre toutes sortes de bactéries, champignons et micro-organismes. Il est également bien moins susceptible aux variations de pH et de température de l’eau que le chlore, ce qui lui permet d’assurer une désinfection continue, et ce même dans les eaux chaudes.

Il est conseillé d’installer un brominateur (diffuseur spécial) après le filtre et de le remplir de temps en temps de produit pour s’en simplifier l’usage, car ce traitemetn requiert un apport régulier en brome.

Le PHMB

Le PHMB, ou polymère d’hexaméthylène biguanide, est un désinfectant insensible aux UV et efficace même en cas de variation de pH. Neutre, il n’irrite ni la peau ni les yeux, pas plus qu’il ne diffuse une odeur gênante.

Il est cependant conseillé de ne l’utiliser qu’avec des filtres à sables. Il est en tout cas incompatible avec les filtres à diatomées, à cartouches ou en verre.

Le PHMB est par ailleurs peu algicide, ce qui nécessite de le combiner avec d’autres produits, tel que l’oxygène actif, en évitant de l’associer à des produits chlorés. A l’ouverture de la piscine au printemps, on vous conseille ainsi de commencer par un traitement choc au chlore et de ne reprendre le PHMB que lorsque la piscine est prête pour la baignade.

L’oxygène actif

Il s’agit d’un algicide et oxydant efficace, qui a aussi l’avantage de n’être ni irritant pour la peau, ni particulièrement odorant. Un surdosage n’a ainsi pas d’effets indésirables sur les baigneurs et les équipements.

Mais, comme le chlore, l’oxygène actif est sensible aux UV et aux variations de pH et de température de l’eau. Ce qui a pour effet de diminuer son efficacité.

Par ailleurs, son action désinfectante n’étant pas aussi performante qu’avec du chlore ou du brome, mieux vaut le combiner avec l’un de ces deux produits au moins une fois par mois, pour écarter tout désagrément.

Quelques conseils de lectures utiles sur notre blog : 

Notre guide de l’entretien facile de la piscine

Comment nettoyer une eau verte de piscine en 48 h

Piscine connectée : tour d’horizon 

 

Sur ce… bonne baignade !

Partager cet article